You are on Medair France  Medair is also available in your country
Visit Medair États-Unis
URGENCE: Mozambique  Notre équipe d'urgence intervient
JE FAIS UN DON

Lorsque nous demandons aux gens de Hawiga en Irak comment était la vie avant 2014, ils répondent tous sans exception : « Belle. » La plupart évoquent leurs jardins peuplés d’arbres fruitiers, la proximité de leur famille et leurs fermes avec leurs petits troupeaux de moutons et de chèvres qui produisaient assez de nourriture pour tout le monde.

Aujourd’hui, Hawiga se remet des dommages causés pendant le conflit. Les maisons nécessitent d’importantes réparations ; la terre où les légumes poussaient autrefois est sèche et craquelée ; une usine de traitement de l’eau qui desservait trois villages est inexploitable en l’état. Les gens commencent à reconstruire avec les moyens du bord, utilisant des matériaux usagés pour recouvrir les portes et les fenêtres manquantes. L’eau utilisée pour boire, cuisiner et se laver provient d’un fossé d’irrigation partagé avec le bétail.

De l’autre côté de la route en terre qui mène à l’ancienne usine de traitement, on aperçoit un rare coin de verdure. Une femme se fraye un chemin au milieu d’une rangée de tournesols qui s’écartent sur son passage, sa foulée reflète sa force et elle porte des gants épais et des bottes en caoutchouc. Elle s’appelle Sket.

« C’est ma terre, » dit-elle, en montrant du doigt l’usine. D’un geste de la main, elle écarte les mouches autour de son visage luisant de la sueur du travail des champs. « Je l’ai donnée au village pour l’usine d’eau. Pendant huit ans, je me suis occupée de l’usine et j’en ai assuré la maintenance. Tout le monde avait de l’eau propre. »

Lorsque les ingénieurs en eau et assainissement de Medair ont commencé à évaluer l’installation en vue de rétablir le service, Sket leur a immédiatement fait part de ses connaissances sur l’état de l’usine, ce qui manquait ou était cassé. Bien qu’elle-même ait dû fuir pour sa sécurité et doive aujourd’hui reconstruire sa maison et replanter ses cultures, Sket reste déterminée à servir sa communauté.

« Si vous réparez l’usine de traitement, nous pourrons à nouveau avoir de l’eau propre. Certaines personnes ne reviennent pas parce que nous n’avons pas d’infrastructure. À cause de l’eau, certaines personnes ici sont déjà tombées malades et d’autres ont des problèmes de peau. Si elles savaient que l’usine fonctionnait à nouveau, plus de familles rentreraient. »

Parce que Sket et sa communauté en valent la peine. Faites un don aujourd’hui.